mercredi 9 novembre 2011

Tout essayé




J’ai tout essayé pour plaire à mon public : l’humour décalé, la poésie ésotérique, les anecdotes croustillantes ou pas, les contes à dormir dans la position de son choix les énigmes sans solutions, les questions existentielles … rien n’y fait, après quelques visites de courtoisie, je me retrouve dans un état délaissé.

Oui, j’ai tout essayé : squatter chez des « vedettes » du web, caresser des écrivains plus ou moins réputés dans le sens du poil, balancer des petites feintes (idiotes, je l’avoue) chez l’un et l’autre, me lancer dans la chanson avec ma voix de fauss(et)é, participer à des ateliers de nécriture, publier des photos kitsch …
Rien n’y fait, on ne m’aime pas et c’est une litote !
On m’évite comme la peste après avoir fait semblant par obligation sociale d’être sympa.

Alors, j’ai décidé d’émigrer vers une île déserte où je pourrais dessiner mes idées sur la plage qui les emportera pas trop vite si ça lui plait, avec fracas dans le cas contraire.
La douche écossaise, il parait que ça peut les rafraîchir, les idées.

Bon trêve de bavardage, je me pends au haut-mât, les pieds dans le vide aqueux.
Souhaitez seulement que la marée ne me ramène pas jusqu’à vous !

20 commentaires:

  1. A mettre en parallèle avec "Blogs en partance" ?
    Ou juste de l'humour un peu acide ?

    RépondreSupprimer
  2. Une île déserte...
    pour écrire...les cris et les rires...
    déposer l'amer dans la mère-veilleuse mer...
    et puis revenir aimer encore et encore...

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  3. mieux vaut un état délaissé qu'un état victime des agences de notation, non ?

    RépondreSupprimer
  4. Je "pars" avec vous dans le délire et la dérision, le feint je m'en foutisme déguisé en vrai "rien à faire", l'engagement déguisé en vrais brins de révolte...
    J'ai eu, moi aussi, envie de partir me "suicider" du haut des mots que je laisse ici et là mais j'aime passer par ici. Je m'arrête, je prends un café et je vous laisse quelques images en forme d'instantanés épistolaires...
    Si vous partez, je crois que, moi, je vais rester... ici.
    A demain... :-)

    RépondreSupprimer
  5. Aqueux, le vide est propice à la méditation...
    Le flux et le reflux, la diastole et la systole, c' est la vie et son mouvement perpétuel qui vous attend en bas!
    Ne résistez pas au bruit des sirènes, ce sont celles des navires qui vous écoutent ici même!
    :)

    RépondreSupprimer
  6. @ Marcel
    Merci !

    @ Pastelle
    Bien vu mais pas certain.
    L'humour n'a -t-il pas toujours un degré variable d'acidité ?

    @ Muriele
    Au risque de me répéter, contente de te lire même en style télégraphique !

    @ Claire
    Une petite brise optimiste est toujours la bienvenue !

    @ Michèle
    Vous croyez, attendez que je me regarde dans le miroir !

    @ JEA
    Plongée dans l'horrible réalité des états dépouillés par les banques et les marchés !

    @ Marcelle
    A ne pas prendre au pied de la lettre ...:-)

    @ The inner light
    Ah que je suis contente de l'éclairage que vous apportez ici, restez, je vous en prie et cessez de partir. Vous mieux que quiconque savez le poids des mots hauts et bas.
    A tout de suite. Je tiens le café chaud au frais !

    @ Versus
    Soyons zen et baignons-nous dans la philosophie du vide et de l'illumination.
    Vos sirènes ont une jolie voix, pourquoi m'en priverais-je ?

    RépondreSupprimer
  7. whaou! c'est... acide, oui!

    RépondreSupprimer
  8. Tout essayé ?!... N'essayons-nous pas, tous les jours, de planter ici et là nos décors intérieurs pour voir s'il en germe quelque chose ?
    Le blog est comme un livre que l'on écrit un peu chaque jour et dont nous ne savons pas quel jour nous en écrirons la dernière page...
    En restera-t-il quelque chose ?
    Je persiste à croire que oui... Grâce à vous (tous) aussi.

    RépondreSupprimer
  9. De l'autre côté, dans les commentaires tu dis que chez toi tout n'est pas autobiographique !
    Ben zut, moi je crois en tout ce que je lis :)
    Et en méditerranée, sans la marais, espoir de te voir rester !

    RépondreSupprimer
  10. partir vous pendre ailleurs ? alors que je remonte du fond de l'eau...impossible !
    Une île déserte ? il y a des bouteilles...où glisser les mots
    Et des ceintures de plomb pour noyer les maux !

    RépondreSupprimer
  11. @ Aléna
    Je préfèrerais aigre-doux !

    @ The Inner light
    Nos décors intérieurs seraient vains s'ils ne s'ouvraient pas aux autres. Ce qui reste une fois qu'on a (l'impression d'avoir) tout dit est fonction de la mémoire de chacun. Merci pour la vôtre !

    @ Virginie
    Je ne te croyais pas si naïve (rires) !

    @ Corinne
    ô rage, ô désespoir :-)
    Les mots ne se laissent pas abattre pour si peu !

    RépondreSupprimer
  12. Je ne demande que ça que l'aime haut que tu sais si bien parler en langue de vers y taie ... te ramènent jusqu'à moi ... qui t'aime bien ...

    RépondreSupprimer
  13. Tu as changé la police ? J'ai l'oeil de l'âme, air ...

    RépondreSupprimer
  14. @ Veronica
    Merci beaucoup. Ton en tout si a(s)me me plaît beaucoup, cette façon de positiver et de créer des liens !
    Changé de peau lisse ? Hélas les vagues creusent des sillons sans qu'on s'en a pair soie !
    (j'ai pas encore compris les finesses de blogspot et me contente de faire copier coller olé !)

    RépondreSupprimer
  15. Pourtant, il suffirait de presque rien... avoir le courage d'être soi - au lieu de rester sur son quant à soi !
    gballand (presquevoix)

    RépondreSupprimer
  16. @ Gballand
    Quoi de plus doux qu'être soie au lieu de chercher un soi qui déçoit !

    RépondreSupprimer