jeudi 3 novembre 2011

Embarcation




J’ai tourné le dos
À ma vie
À la berge
À ce qui semblait tout pour moi

Je suis partie sans bagages
Je me suis faufilée
Sous les branches dénudées

La barque, sans effort
M’emmenait
Ailleurs

Mes regrets laissés sur le rivage
Mes bras énergiques emportaient
Mon regard

J’imaginai les terres lointaines
Où je pourrai reconstruire
Une vie
Sans vestiges
Sans remords
Ma renaissance.



12 commentaires:

  1. ai quitté la terre et toutes ses fermes, à bord d'une telle embarcation
    son nom : "BEONEC"...

    RépondreSupprimer
  2. Jolie poésie bien illustrée.
    En lisant la 1e strophe j'ai pensé au Styx puis j'ai compris qu'il s'agissait d'une ailleurs meilleur.

    RépondreSupprimer
  3. Quel joli rêve que de partir sans bagage pour un ailleurs forcément plus captivant!!! un rêve fait et refait que tu mets merveilleusement en mots illustrés par une musique inspirée ! Merci ! Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  4. @ Marcel
    Difficile ?

    @ JEA
    Arrivé à bon port ?

    @ Michèle
    Le Styx ? J'espère que non, c'est trop tôt !

    @ Malou
    Il faut toujours garder espoir d'un ailleurs plus captivant mais sans occulter le moment présent. (pas facile de faire les deux à la fois )Merci. Bisous à toi !

    RépondreSupprimer
  5. Quero arrancar
    Roubar fronteiras ao infinito
    Correr até alcançar
    Os sonhos soltos num grito

    J.Earthwood 1998

    Note : après une longue absence...

    RépondreSupprimer
  6. @ The Inner Light
    Contente de vous revoir !
    Merci pour la résonance de votre joli texte !

    RépondreSupprimer
  7. AH! quand on est entre deux rives... On a envie de quitter un bord mais on ne sait pas trop ce qui nous attend de l'autre côté...

    RépondreSupprimer
  8. @ La plume et la page
    Entre les deux, le corps balance.
    Gardons la faculté d'être agréablement surpris.

    RépondreSupprimer
  9. Il faut sans doute tourner le dos au plus facile, à l'évident. Cette idée me plait ; des chemins détournés pour de belles découvertes. Oublier les tracés, se mettre en danger.

    RépondreSupprimer
  10. @ Corinne
    Tout écart de régime est une mise en danger et la porte ouverte à des nouveaux mondes.

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer