mardi 23 août 2016

Oiseaux des villes



Presque un remake ! 
Ici ils ne sont sauvages qu’avec l’acide dont ils maculent les belles pierres ... Les passants, indifférents, ne les voient plus, absorbés par la découverte d’une ville en ébullition...

14 commentaires:

  1. "oiseaux des villes" oiseaux des champs où il ne maculent rien, ou ils font partie du paysage :-)C'est vrai qu'en ville, on peut parler de pollution...

    RépondreSupprimer
  2. Ces rats ailés sont chassés et malvenus dans tant de villes...tandis que certains continuent à les alimenter malgré, ici, l'interdiction de le faire. Les coûts de nettoyage des pierres est exorbitant.

    RépondreSupprimer
  3. c'est vilain mais je ne les aime pas et de près ils me font peur. Ce n'est pas de l'indifférence. Par contre les mouettes égarées et leurs petits cris pointus sont comme comme un présage, de mer, de large océan.

    RépondreSupprimer
  4. Lorsque nous avons nos petites filles à Paris (je l'ai constaté qd la grande avait deux ans et encore cet été avec la petite de 3 ans et demi), elles veulent caresser les pigeons et admirent les motos garées sur les trottoirs. Mes petites filles viennent d'un petit village de 500 habitants proche d'une petite ville...
    En ce qui concerne les oiseaux de mer, il y en a de plus en plus à Paris aussi, parfois par la fenêtre ouverte on les entend il faut dire qu'il y a le canal St Martin pas très loin et toutes les fontaines des parcs...

    Une belle diagonale sur ta photo avec le drapeau en ponctuation, le beffroi et la foule qui la "base"

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai qu'ils salissent et sont de plus en plus "mutants" : combien n'ont plus de pieds, marchent comme de vieux pirates sur un moignon. Mais sans leur roucoulement parfois agaçant mais doux et... vital, la ville ne nous offrirait plus grand chose comme nature libre...

    RépondreSupprimer
  6. Des funambules sur leur fil, j'aime bien ! Je reste perchée,..

    RépondreSupprimer
  7. Ah super j'ai pu ouvrir la page... comme quoi il ne faut lever les bras :>) Je ne sais de quelle ville il s'agit? Mais ici à Nice je nourris les tourterelles, pas les pigeons (trop sales et soi-disant porteur de maladies??)Quant aux goélands je les adorent car ils son très beaux sur les toits, ou ici dans les parcs. Hélas "carnassier" l'un d'eux a faillit manger Thimy sur l'ancienne terrasse et c'est Tigrou qui m'a prévenu du danger. A bientôt dame Saravati... on est en Octobre, alors ? ici repose? amitié très sincère?

    RépondreSupprimer
  8. bonjour Saravati,
    ah magnifique photo oui la mascarade de la ville avec ou sans les oiseaux mais les oiseaux ajoutent un peu de mystere du naturel hantant haha.

    belle journee a vous. je serai contente a voir la prochaine photo...

    RépondreSupprimer
  9. Un petit coucou amical... A vrai dire je suis inquiète de votre "silence" et je ne trouve pas de "boite mail" ni comment vous joindre pour prendre de vos nouvelles... J'espère que tout va bien. Moi aussi il m'arrive de me lasser d'écrire. J'espère que ce n'est pas votre cas car pour moi vous êtes une "écrivaine". En plus vous "écrivez ailleurs" mais "ailleurs" ne m'ouvre pas sa porte ;>) Merci de me rassurer sur votre santé Claire

    RépondreSupprimer
  10. J'aime bien les oiseaux, les bêtes en général, elles salissent sans le savoir en toute innocence ...
    Tandis que nous les hommes ?

    RépondreSupprimer
  11. Si il n'y avait que les pigeons pour détruire la planète !!!

    L'acidité des fientes de pigeons n'égalera jamais la pollution produite par le genre humain ! donc avant de critiquer les pigeons commençons par produire moins d'ordures

    Saravati, quand nous feras-tu le plaisir de revenir sur ton univers ?
    Dans cette attente, douces pensées,
    Michèle

    RépondreSupprimer
  12. Message Perso: Coucou de Nice et de Claire B0NNE ET HEUREUSE ANNEE à vous et toute votre famille.Par le biais des oiseaux - le commentaires de petits délire étant clos - vous écrire impossible? Merci de me joindre (ou non)Bonne chance à mon petit message. Claire

    RépondreSupprimer
  13. Je ne savais pas que l'on pouvait dire autant de mal des oiseaux ! Triste.

    RépondreSupprimer