jeudi 17 octobre 2013

Nature morte







Il y avait quelque chose de pathétique
Dans ce décor de plastique
Faux arbustes
Faux canards
Fenêtre un peu défraichie
Peinture en phase de craquellement

Dehors les bois
À travers les verres dépolis
Rappelaient au monde
L’existence d’une réalité
Plus naturelle



Il suffisait d’élargir
son champ de vision
Pour être plongé
Dans la forêt scandinave …
Découvrir quelque elfe transparent
Amical ou agressif
Au sortir du brouillard
Ou voguant sur les lacs …


8 commentaires:

  1. j'aime bien ton mot "pathétique", il y a en effet comme une souffrance à voir certains se recréer un univers de plastique alors que la nature, si belle, est à leur porte. Une fleur, une jolie branche, quelque mousse et on fait entrer chez soi un peu de cette nature si ressourçante. Bravo pour ton texte qui le montre bien. Je t'embrasse, Saravati.

    RépondreSupprimer
  2. Au-delà d'un premier aperçu où seule la (le) plastique compte, découvrir la chair, le réel à toucher.Ravissement...

    RépondreSupprimer
  3. Comme quoi avec quelques mots et un cliché le pathétique plastique devient esthétique ;)

    RépondreSupprimer
  4. Oui... toujours regarder plus loin... il faut :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Malou
      Merci pour ta fine perception des choses. Belle journée !

      @ Corinne
      Tes commentaires voient toujours au-delà du réel visible.

      @ Patrick
      Merci, ici c'est le cliché qui a déclenché les mots, il ne me serait jamais venu à l'idée de parler d'un bouquet de plastique :-)

      @ Bonheur du jour
      Merci. Bienvenue chez moi où tout n'est pas de plastique :-)

      @ :-)
      Le recul n'est pas une chute, du moins pas toujours !

      Supprimer
  5. Je passe déposer un brin de nature fraîche sur l'heureux bord de ton feu naître ... J'espère que tu, l'après, scieras, au petit bois du jour ... souffle-rire d'outre timbre pour toi ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Veronica pour ton passage, je sais que tu es fort occupée. Tes blogs disparus laissent un grand vide mais ne serait-ce pas pour mieux renaître ? J'espère que là où tu es tu as déjà construit ton nid douillet de poésie.

      Supprimer