samedi 16 mai 2015

Depuis que je te parle





Depuis que je parle
Je n’écris plus 
Je te parle 
Je n’écris plus

Je n’ai plus besoin de ce subterfuge d’existence

Tu es là je suis là 
L’un et l’autre distants de tant de kilomètres à rallonge 
Si proches qu’on pourrait en tendant la main s’effleurer
Se serrer 
Sentir les souffles de nos émotions 
Regarder les brins d’herbe émerger des fleurs 
Les oiseaux sonner leur parade amoureuse 
Et des tas d’autres choses que je n’arrive pas à définir


Je te parle et je n’écris plus


Autour de moi les choses se parent de contours

Différents


Et c’est beau

mercredi 13 mai 2015

Hommage aux poètes et aux mots





Celui qui ânonne les mots

Ne sait pas ce que portent les syllabes

Au-delà du sens premier

Ne sait pas s’ils résonneront dans les esprits bien pensants

Ou feront grimacer ceux qui interprètent le péril qu’ils représentent

Sur les sentes du savoir

Les lignes de la sagesse

Les aspirations aux grandes réalités des hommes



Celui enfant qui trempe la plume maladroite

Pour tracer des lignes sensées

Ne sait pas la valeur des symboles

Et leur sens controversé



Celui qui poétise le monde

Parce qu’il a mal de le voir

Tel qu’il est

Celui qui cherche seulement

L’éclat falot de la sincérité

Pour lui donner relief

Celui-là

C’est à lui que j’aurais envie de parler

Longtemps

samedi 9 mai 2015

Disparition involontaire

Je me rends compte qu'une série de photos rattachées à mes billets ont  disparu. Mes bannières aussi ont disparu sans laisser de trace.
Je ne comprends pas ce qui s'est passé ...J'ai cherché comment résoudre le problème mais je n'ai pas trouvé ... Désolé si certains textes ont perdu un peu de leur âme sans les photos qui les caractérisaient...

PS : J'ai essayé de retrouver les photos qui correspondent aux textes, presque mission impossible, mais pas toujours ! Je fais le nettoyage post par post, supprime certaines photos devenues invisibles et par vraiment nécessaire à la compréhension du texte...cela me prendra un temps certain.

jeudi 7 mai 2015

vendredi 1 mai 2015

Secouer les mots





Mettre des mots

Lettre après lettre

Rangées sans déranger

Dans un grand bol tout vert


Secouer ardument


Étaler les victimes

Nues sur le parquet

Poisseux


Sentir sous la plante

Leurs cris démesurés


Pousser du balai

Au bord du gouffre noir


Puis se taire

Jusqu'à demain