samedi 11 avril 2015

Transparence


Là où je tolère le silence dans le creux de nos rêves éveillés, là où j’ai suspendu cette particule d’éternité pour sentir ton souffle sur le mien, là où j’ai retrouvé l’émoi en toi et le moi en toi, là où tu t’inscrivais en pompeuses lettres d’or sur le parchemin contaminé par l’amour

Là où j’ai mal depuis que tu t’es dilué dans le noir de mes jours obscurcis par tes nuits volées à nos confidences feutrées, là où tu creuses d’immenses rigoles de silence dans le caniveau de nos restes d’espoir

Tes sillons contre les miens perdus dans le désert habité de nos mots

Là où commence ta liberté qui emprisonne la mienne

Là où tu m’oublies cent coups férir et te jettes dans un vide sidéral

Là où je cogne des poings contre l’acier de ta virulence

Là où je t’écris dans les limbes écorchés de ta mémoire

Là où je t’appelle sans voix sur les ondes de l’indifférence avérée

Là où sourd ma révolte amère et vaine

Là où je perds mon compagnon de route sur les chemins de traverse que pourtant nous avions longtemps traversés

Toi mon fantasme tu n’as peut-être existé que par l’absurde

Chaque coup de silence chaque claquement du vent qui siffle n’est plus rien qu’un exil au terme lent, aux lanternes falotes  

Là tu atteins ton point de fusion en restant indivisible

Toi mon cristal, à jamais, scintillement alternatif sur les veines de ta grotte inaccessible

6 commentaires:

  1. Une jolie découverte, merci !...

    RépondreSupprimer
  2. "Transparence" d'une cassure ou d'une rupture. Terrible ce jour où l'on comprend... sans toujours admettre
    - " Là où commence ta liberté qui emprisonne la mienne
    - " Là où tu m’oublies cent coups férir et te jettes dans un vide sidéral
    - " Là où je cogne des poings contre l’acier de ta virulence
    Ce sont vos mots tellement vrais de cette période qui fait le plus souffrir: Croupir dans le doute de ne pas savoir comment sera demain.Parce que l'Espoir lui, ne veux pas mourir. Vos poésies sont... somptueuses - Il paraît que l'on écrits bien que dans la souffrance.? "Pour cela le silence" L. Ferré - Amicalement Claire

    RépondreSupprimer
  3. Désespérément brillant :)

    RépondreSupprimer
  4. réfraction, en approche avec "Transparence et cassure" de claire06.
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
  5. @ Tous
    Merci d'avoir compris que la transparence n'est pas toujours le brouillard mais une approche différente de la réalité.

    RépondreSupprimer