mercredi 23 juillet 2014

(In) accessible ...


Pour toi, si seulement tu étais accessible, je ferais preuve d’une créativité exacerbée.

Je balaierais les montagnes, escaladerais les lacs, délierais les fleuves, imprimerais les terres.
Je sauterais sur la vie, écarterais ses ailes figées, briserais les silences.

Mais je n’ai jamais su qui j’étais vraiment ou simplement si j’étais, j’étais comme la feuille qui meurt et renaît à chaque saison, légère et craquelée.

Si seulement tu étais accessible, je pourrais peut-être enfin arriver à prononcer ton nom, à soutenir ton regard sans baisser les yeux, à respirer tranquillement sans que mon cœur s’affole.

Je serais alors ma propre paix intérieure au cœur de ta sérénité… si seulement tu étais accessible ou si seulement, j’étais !

Il suffirait peut-être d’un souffle de toi, pour que d’un bond, je disparaisse, moi, le pendant inaccessible de ta réalité !
 


texte déjà publié ici

Un lien proposé par claire 



14 commentaires:

  1. Et être disponible alors?

    Le saule
    peint le vent
    sans pinceau.

    (Saryù)

    RépondreSupprimer
  2. Inaccessible et pourtant si proche !

    RépondreSupprimer
  3. Inaccessible ? C'est toujours ce que l'on croit.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cette nouvelle publication de ce très beau texte de 2009, il me fait penser à « l'inaccessible étoile »

    RépondreSupprimer
  5. @ versus
    Merci pour ce saryù qui nous veut disponibles comme le pinceau aux couleurs ...

    @ Marcelle
    Tout dépend de l'angle d'approche et de la capacité de gérer la connexion.

    @ Feuilly
    Notre mental nous joue parfois des tours pendables... ou pas !

    @ Claire
    Merci pour vos mots et ce lien qui illustre bien ce texte, je vais le mettre ici.
    Les étoiles ne sont-elles faites que pour être inaccessibles, si elles ne l'étaient pas, elles perdraient leur charme...

    RépondreSupprimer
  6. Joli chemin vers l'in... térieur.

    RépondreSupprimer
  7. C'est très juste: si l'inaccessible change de statut, plus de rêves insensés, plus de poésie, on sombre dans la réalité et adieu le romantisme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ :)
      Les chemins vers l'intérieur peuvent aussi être des chemins de traverse ...

      @ Nicole
      Sombrer dans la réalité et pouvoir s'en relever, n'est-ce pas déjà une approche vers la poésie ?

      Supprimer
  8. Chère saravati D'abord merci de nous rappeler le grand Jacques agrémenté de votre joli texte... Je viens de votre autre blog qui ne reconnait pas mon adresse e-mail ???
    Où je disait ceci a propos du ciel du Nord et de Catherine Lara:
    Magnifique Catherine Lara de l'époque et aussi la chanson tellement "vraie" j'ai adoré, normale j'étais si romantique (lol)
    - Quant aux gens du Nord je pense qu'ils sont habitués au temps et à la nuit... Les villes enjolivées de lumières, bien cachés derrière leurs caches nez... heureux tout de même de leur région
    Voilà snifff Je suis claire06 de Nice ( lol )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Claire pour ces commentaires à travers blogs ...je ne sais pas ce qui se passe pour que votre adresse email ne soit pas reconnue. Les caprices des nouvelles technologies sont aussi importants que leurs propriétés extraordinaires.
      Amitiés du nord ! (mais il y a toujours plus au nord :-)

      Supprimer
  9. Comme j'aime ton texte ! ...

    Suis-je pour toi "in axe et cible ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois oui quand le silence étale son voile sur tes maux. Merci d'être de re tour !

      Supprimer
  10. J'aime beaucoup Brel, sa quête et la photo du banc en illustration du texte.
    L'inaccessible ne l'est que si on oublie les poètes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne faisons pas partie de ceux qui oublient les poètes, heureusement pour eux, heureusement pour nous ! Merci de votre visite et d'aimer l'inoubliable grand Jacques...

      Supprimer