mardi 17 juillet 2012

Des mots compliqués...







Je n’ai pas touché des mots compliqués
Dans le bric à brac intellectualisé
Je n’ai pas feuilleté les dictionnaires
À la recherche d’expressions altières
pour construire
Mon propre sabir

Je ne voulais entrer dans aucune file
Ne m’empêtrer dans aucun filet
Ne pas me servir des clés de la connaissance
Ne pas me mouler dans des formes verbales
grammaticales
Classiques ou alambiquées

J’étais simple dans ma simplicité
Je disais le ressenti est né
Inné
Dessiné sans fioritures
Qui obscurciraient
Les pans de la clarté

Je n’ai pas séduit les écrivains
Avec mes écrits vains
Parfois ils m’ont fait signe de la main
De très loin
Dans les brumes de leur autosatisfaction  
puis s’en sont retournés
entre eux pour se complimenter

Je ne me suis intégrée dans aucune caste
Ne me suis reconnue aucun talent particulier
J’ai marché sur des chemins dépavés
Arpenté des mers desséchées
Recouvert des montagnes aux sommets rabotés
Enjambé des steppes avec des bottes de milieu

J’ai aimé des gens qui me ressemblaient
Ou pas
Ou à peine 
A défaut de beaucoup

Je les ai suivis jusqu’à ce qu’ils disparaissent en fumée
Lassés précocement de la vanité
Ce soir les mots sont fatigués
Ils n’ont pas revêtu
Leur costume d’apparat
Ils restent las
Assis à l’ombre
Des grands tapages
Ce soir ils sont plein
De vide
Avides de silence
Ce soir je vais les laisser dormir
Jusqu’à l’aube ou plus …



11 commentaires:

  1. ce soir
    les mots tus
    ressemblent à
    des bouches cousues

    RépondreSupprimer
  2. Tant de mots resteront hauts, saints même sur le mur de la vie ...
    J'aime les tiens, comme toi, les miens sont libres, je les espère simples, en tout cas, accordés ...

    RépondreSupprimer
  3. Le silence est nécessaire pour que la parole puisse vivre. :-)

    RépondreSupprimer
  4. Terrible, ton texte ! J'adore. Oui, il me parle.

    Additif : puisque tu présentes John Prine, tu connais sûrement "In spite of ourselves"...

    RépondreSupprimer
  5. j'aime beaucoup ce texte, le silence le mot : qui gagne au final ?

    RépondreSupprimer
  6. @ JEA
    En ouvrant la bouche, sûr que les mots s'échapperont mais pas sûr qu'ils parlent :-)

    @ Staive
    Lamentations mûres pas nécessairement sensées ?

    @ Veronica
    Accords d'aie mais avec ta douce heure légendaire !

    @ Fifi
    Tout contraire laisse la place à son contraire qui laisse ...

    @ J.Earthwood
    J'aime que tu adores :-)
    En "Prine" : in spite of ourselves : jolie chanson, merci !

    @ MuLm
    Il faut bien commencer quelque part même si on ne sait où ça va nous mener. Merci

    RépondreSupprimer
  7. Lorsqu'un mur décide d'être un peu qu'un mur
    Lorsque certains pensent être un peu plus que de simples hommes

    Alors oui, les mots ont le droit de rester au cocon
    Ils se feront papillon plus tard, plus tard

    L'envolée n'en sera que plus belle...

    RépondreSupprimer
  8. J'aime ces mots avides de liberté et d'authenticité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Corinne
      Les pensées éphèmères vivent le temps d'un papillon à peine sorti de sa chrysalide.Alors profitons de chaque instant de l'envolée...

      @ Marcelle
      Merci et bonne soirée !

      Supprimer